Grèce: la banque du Pirée dans le vert, Eurobank augmente ses bénéfices au 2T

Le groupe de la Banque du Pirée et Eurobank, deux des quatre principales banques grecques, ont annoncé mercredi des bénéfices de 7 et 40 millions d’euros respectivement au deuxième trimestre de 2017.

« Après des pertes de sept millions d’euros au premier trimestre, la banque du Pirée a enregistré au deuxième trimestre des bénéfices de 7 millions d’euros », s’est félicité Christos Megalou, directeur général de cette banque, cité dans un communiqué.

Les bénéfices avant impôts ont augmenté de 16% par rapport au premier trimestre, à 292 millions d’euros.

Pour sa part, Eurobank a continué d’enregistrer des bénéfices, à 39,7 millions d’euros, en hausse de 8,8% par rapport au premier trimestre 2017, selon un communiqué de cette banque.

Les bénéfices au premier semestre sur un an d’Eurobank ont atteint 76,3 millions d’euros, une hausse de 28,3%, selon ce texte.

Plombées par les créances douteuses après sept ans consécutifs de crise, les principales banques grecques continuent de lutter pour réduire ce fardeau.

Les provisions de la Banque du Pirée pour les prêts non productifs ont atteint au deuxième trimestre 259 millions d’euros, presque la même somme que le premier trimestre.

Eurobank a annoncé de son côté une baisse de 800 millions d’euros des créances douteuses au cours du premier semestre 2017.

Recapitalisées au moins deux fois depuis le début de la crise de la dette en 2010 grâce aux prêts de la zone euro et du Fonds monétaire international (FMI), les banques grecques semblent se remettre.

Le retrait massif des capitaux en 2015, lors du bras-de-fer entre le gouvernement de gauche du Premier ministre Alexis Tsipras et ses créanciers, a porté un coup important aux établissements du crédit.

Un troisième prêt international accordé alors au pays et l’imposition d’un contrôle des capitaux, toujours en vigueur, a évité leur effondrement, Alexis Tsipras ayant été contraint de poursuivre les strictes mesures d’austérité.

« L’achèvement de la deuxième évaluation des comptes grecs par ses créanciers (en juin), a contribué à lever l’incertitude économique (…) et permis le rétablissement de l’économie », a relevé Christos Megalou.

Après avoir renoué avec la croissance au premier trimestre 2017 (0,4% du PIB), la Grèce prévoit une reprise d’environ 2% cette année, une première depuis presque une décennie de récession inédite.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :