GB: RBS veut supprimer 880 postes techniques.

La banque britannique RBS veut supprimer 880 postes dans ses services informatiques d’ici 2020, a déploré mardi le syndicat Unite. Le syndicat souligne dans un communiqué qu’en 2020 les effectifs dans les services informatiques de la banque ne seront plus de 950 personnes à temps plein contre 2.200 en 2016.

Dans le détail, la banque, détenue à 71% par l’Etat britannique, pourrait supprimer 650 emplois permanents, soit une réduction de 40% des effectifs de cette branche, ainsi que 230 contractuels, soit une baisse de 65% du nombre de ces employés temporaires.

« D’ici 2020, RBS ne conservera qu’une faible part des fonctions informatiques, ce qui la conduira à gérer un service squelettique au détriment des clients et des employés qui seront encore là », a dénoncé Rob MacGregor, un responsable national du syndicat.

Interrogée par l’AFP, la banque n’a confirmé aucun chiffre concernant les suppressions de postes dans la branche informatique.

« Nous n’avons pas abordé de réduction d’effectifs, mais nous avons plutôt informé Unite de la direction que nous voulons prendre, laquelle pourra évoluer », selon un porte-parole de la banque. Ce dernier évoque toutefois un projet de baisse du nombre de contractuels, ainsi qu’un redéploiement d’effectifs à temps plein de Londres vers d’autres villes au Royaume-Uni.

« Inévitablement, compte tenu du fait que RBS devient une banque plus simple, plus petite et recentrée sur le Royaume-Uni et l’Irlande, nos services technologiques vont être réorganisé et réduits au fil du temps », selon un porte-parole de la banque. Ces annonces interviennent alors que la banque, en difficultés financières chroniques depuis son sauvetage par l’Etat en 2008, a annoncé un nouveau plan de réduction de coûts en début d’année, avec un objectif d’économies de 2 milliards de livres dans les quatre ans à venir, dont 750 millions en 2017.

RBS avait notamment décidé fin mars de fermer près de 160 agences au Royaume-Uni, avec 470 suppressions d’emplois à la clé.

La banque est revenue dans le vert au premier semestre avec un bénéfice net de 680 millions de livres mais les analystes s’attendent à une nouvelle perte pour l’ensemble de l’année, en raison notamment du coût des litiges hérités de son passé houleux. RBS tente de se redresser après avoir été sauvée de la faillite par l’Etat britannique au moment de la crise des « subprime ». En comptant cette nationalisation et les pertes subies depuis, la banque a englouti autour de 100 milliards de livres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :