Espagne: Bankia rachète BMN pour 825 M EUR et grimpe en Bourse

La banque espagnole publique Bankia a annoncé aujourd’hui le rachat de la petite BMN pour 825 millions d’euros, afin d’améliorer les conditions de sa future privatisation par laquelle l’Etat espère récupérer l’énorme apport d’argent public déboursé pour lui éviter la faillite.

L’opération « est très positive pour les contribuables car l’union des deux entités accroît la capacité (de Bankia) à rembourser les aides reçues », explique le président de Bankia, José Ignacio Goirigolzarri, cité dans un communiqué.

Bankia, symbole de la crise financière espagnole, avait été sauvée de justesse de la faillite par sa nationalisation en 2012, absorbant plus de 22 milliards d’euros d’aides publiques, soit la moitié du plan européen de sauvetage des banques espagnoles.

Bankia octroiera 205,6 millions de nouvelles actions aux actionnaires de Banco Mare Nostrum (BMN), « ce qui revient à valoriser BMN à 825 millions d’euros », selon le communiqué. Cette fusion, autorisée par Madrid en mars, intervient juste après une nouvelle vague de sauvetages de banques en Europe du Sud.

La Bourse de Madrid saluait l’annonce mardi, avec un titre Bankia en hausse de 2,63% à 4,13 euros vers 10H25 (08H25 GMT) dans un marché en baisse de 0,46%. L’objectif de l’opération est de rendre Bankia plus attractive aux yeux des investisseurs en vue de sa privatisation prévue au plus tard fin 2019 par le gouvernement espagnol, qui espère récupérer le plus d’argent possible lors de l’introduction en Bourse.

Le rachat de BMN, implantée dans le sud et aux Baléares, « nous permet de compléter la franchise dans des territoires très dynamiques dans lesquels nous avions une présence très limitée », souligne M. Goirigolzarri. L’Etat, déjà majoritaire au capital des deux banques, contrôlera environ 66,5% de la nouvelle entité.

Bankia est née de la fusion fin 2010 de sept caisses d’épargne mises en difficulté par l’explosion de la bulle immobilière espagnole. De son côté, BMN est une petite banque issue de l’ancienne caisse d’épargne régionale Caja Murcia qui avait aussi dû être nationalisée.

Le gouvernement italien a annoncé dimanche le sauvetage public de deux banques vénitiennes en difficulté pour un maximum de 17 milliards d’euros, tandis que la banque BMPS devrait être bientôt nationalisée. En Espagne, le sauvetage début juin de Banco Popular, au bord de la faillite, s’est fait sans argent public. L’établissement a été racheté in extremis par sa compatriote Banco Santander pour un euro, lors du déclenchement par la Banque centrale européenne (BCE) d’un nouveau mécanisme de sauvetage des banques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :