La BAII, au potentiel « énorme », se défend d’être « la banque de Pékin ».

Par Patrick BAERT : Pékin, 14 juin 2017 – A Pékin, mais pas « de » Pékin. La jeune Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (BAII) se voit un potentiel de prêt « énorme » assis sur la force de frappe financière chinoise, mais se défend d’être un instrument du régime communiste.

Née en janvier 2016, la BAII tient à partir de vendredi sa deuxième assemblée générale dans l’île sud-coréenne de Jeju — tout un symbole au moment où Pékin et Séoul sont en froid à propos du déploiement d’un bouclier antimissiles américain.

La banque, créée dans l’optique de faire pièce à l’influence des Occidentaux au Fonds monétaire international (FMI) et à la Banque mondiale, comptera alors officiellement 76 pays membres et un territoire -Hong Kong.

Une autoroute au Pakistan, une centrale électrique en Birmanie, un port en eau profonde à Oman… En un peu plus d’un an d’existence, la banque née d’une initiative du président chinois Xi Jinping a investi dans une douzaine de projets, dans autant de pays.

Après avoir approuvé pour 1,7 milliard de dollars de prêts en 2016, l’institution devrait monter cette année à plus de 2,5 milliards, pronostique son vice-président et directeur financier, Thierry de Longuemar. « Dans quelques années, on aura une capacité de prêt qui atteindra très probablement 10 milliards par an voire plus », prévoit ce Français, ancien des banques africaine et asiatique de développement, lors d’un entretien avec l’AFP au siège encore provisoire de la banque à Pékin.

Afin de financer ces projets, la banque doit recevoir sur cinq ans 20 milliards de dollars de ses actionnaires. « Vingt milliards, c’est une somme énorme », souligne M. de Longuemar. La Chine, première actionnaire avec 28% du total, a tenu « à ce que ce soit un projet très important, où les moyens mis en oeuvre soient à la hauteur des ambitions », observe-t-il.

En recourant aux marchés financiers, l’institution attend « un effet de levier » de quatre, ce qui donnera donc à la BAII une force de frappe de 80 milliards de dollars, affirme le banquier.

  – Pas de centrales à charbon –

Le pouvoir chinois a réussi à convaincre plusieurs pays européens (21% du capital à eux tous) et le Canada d’adhérer à la banque, mais le Japon et les Etats-Unis sont restés à l’écart — la précédente administration américaine disant craindre un manque de transparence de l’institution et des critères de gouvernance au rabais.

Xi Jinping aurait néanmoins tenté de persuader son homologue américain Donald Trump de rejoindre le club lors de leur sommet d’avril dernier en Floride — une démarche qui aurait été « politiquement parfaitement cohérente », estime M. de Longuemar, selon qui « la porte reste ouverte ».

Au chapitre de la transparence sur les projets, le haut responsable assure qu’il « faudra qu’ils s’alignent sur nos principes »: viabilité financière, respect des règles sociales et environnementales… « Il y a des choses qu’on ne finance pas, comme les centrales à charbon », avertit-il. La banque est présidée par un ancien vice-ministre chinois des Finances, Jin Liqun. « Il ne faut pas nier le fait que c’est une initiative de la Chine », reconnaît M. de Longuemar. « La Chine a un intérêt supérieur à la réussite de cette institution. De là à dire que c’est une banque chinoise plutôt qu’une banque internationale, ce serait (…) très exagéré », tranche-t-il.

Selon lui, « le souhait de la Chine n’est pas de créer un nouvel instrument chinois, c’est de démontrer sa capacité à promouvoir une institution véritablement internationale basée en Chine ».

Reste que « le fait d’avoir un siège à Pékin crée évidemment un environnement qui va favoriser les intérêts chinois », admet le banquier français. Notamment dans les infrastructures de transports, « les entreprises chinoises sont particulièrement compétititives », fait-il valoir. « Si les Chinois sont les mieux-disants, il n’y a pas de raison de rejeter les entreprises chinoises ».

bar/jug/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :