Coup de filet chez les « cyberdélinquants » qui voulaient faire chanter des Britanniques.

Suspectés d’avoir voulu extorquer 500.000 livres à une société britannique après avoir « hacké » une liste de données: cinq « cyberdélinquants » viennent d’être interpellés en région parisienne, par les policiers français, a-t-on appris de sources concordantes, vendredi.

L’enquête qui s’est conclue jeudi par l’interpellation et le placement en garde à vue de cinq hommes, à Paris et en Seine-Saint-Denis, a démarré outre-Manche à la mi-mai, lorsqu’une société financière britannique découvre avoir été victime d’un piratage. Près de 1.400 comptes-clients sont dérobés, rapporte une source policière.

Peu de temps après, les responsables de l’entreprise ciblée par ce siphonnage de données, reçoivent un mail d’un groupe se présentant comme des hackers. Ceux-ci menacent, preuve à l’appui, de rendre public ce vol de données ou de les revendre.

« Les coordonnées peuvent se retrouver dans des mains malhonnêtes mais surtout en rendant public ce vol, on prend le risque de détruire la réputation de la société », explique la source policière.

Les maîtres chanteurs réclament à la société britannique, 500.000 livres (570.000 euros) en échange de leur silence sur ce vol de données qui pourrait porter atteinte à la réputation de l’entreprise. Une négociation s’engage et parallèlement la Metropolitan Police Service, la police du Grand Londres, s’empare de l’enquête.

Las, pour les cyber-maîtres chanteurs, ceux-ci ont laissé des traces lors de leur incursion dans le système informatique et les limiers britanniques remontent la piste des malfaiteurs jusqu’en France. Après une demande d’entraide via Europol, leurs collègues français de l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux Technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC) sont saisis, après l’ouverture d’une enquête en flagrance le 30 mai, par le parquet de Paris.

« Il fallait aller vite », résume une source policière. « Beaucoup de moyens ont été mis en oeuvre pour les appréhender… C’est rare de faire un +flag+ en matière cyber », ajoute-t-elle.

« C’est le fruit d’une collaboration très étroite et active entre les autorités britanniques et françaises qui ont abouti à ces interpellations et à la saisie de beaucoup de matériel informatiques en cours d’analyse », commente une source proche du dossier. Le coup de filet survenu jeudi, en région parisienne, permet de mettre la main sur cinq suspects, nés entre 1985 et 1997, et qui présentent un « profil étonnant », observe une source policière.

Inconnus pour des infractions cyber, ils ont en revanche un passé « de petite et moyenne délinquance ». « C’est de l’amateurisme éclairé », selon la source.

Poursuivis pour tentative d’extorsion en bande organisée, accès et maintien frauduleux dans un système de traitement automatisé de données) et extraction frauduleuse, la garde à vue des cinq suspects peut durer jusqu’à 96 heures.

grd/mig/sd

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :